Redmi K40 Gaming – ce qu’il faut savoir

Redmi K40 Gaming – ce qu’il faut savoir

Xiaomi a lancé il y a quelques mois le K40 Gaming, son téléphone pour gamers le plus abordable qui sert d’alternative moins chère au Black Shark. Il n’a pas un design aussi fantaisiste que d’autres modèles du segment comme le ROG Phone d’Asus ou le Legion de Lenovo, mais se concentre simplement sur la fourniture d’une expérience de jeu exceptionnelle avec un ensemble bien équilibré. 

Accessoires

Le K40 Gaming est présenté dans un emballage noir avec des détails argentés. En interne, on retrouve des détails jaunes qui correspondent aux accessoires de l’appareil. Vous recevez les accessoires suivants avec le téléphone :

  • Chargeur 67W
  • Câble USB-C avec embout en L
  • Clé du tiroir de la carte SIM
  • Étui en silicone transparent
  • Manuel d’utilisation

Conception et connectivité

À première vue, le K40 Gaming nous rappelle d’autres mobiles Xiaomi. C’est pratiquement un Poco F3 modifié avec plus d’attrait pour les joueurs. L’ensemble des caméras à l’arrière est similaire, mais dans celui-ci, nous avons un cadre métallique avec des gravures qui font allusion à la vitesse de traitement élevée et à la puissance de refroidissement de l’appareil.

En outre, deux LED RVB sont discrètement dissimulées autour des deux plus grandes caméras. Ils s’allument lorsqu’une notification est reçue et servent également à informer de la recharge de la batterie. Ce n’est rien d’élaboré comme nous l’avons dans d’autres gamer phones, mais c’est déjà un différentiel que les modèles plus traditionnels de Xiaomi n’ont pas. Le flash a également gagné en importance et a la forme d’un éclair.

Écran et son

Les téléphones pour gamers ont déjà un écran de 144 Hz et même certains modèles plus traditionnels comme le Edge 20 misent sur un panneau ayant cette vitesse. Voici le premier facteur de réduction du prix du K40 Gaming, il a un écran de seulement 120 Hz, mais son capteur tactile répond à 460 Hz pour réduire la latence lors du jeu.

Son écran à panneau OLED de 6,67 pouces avec résolution Full HD+ assure une forte luminosité pour une bonne visibilité en toute situation. La prise en charge du HDR10+ permet d’extraire des couleurs plus éclatantes des vidéos compatibles sur les services de streaming. Dans l’ensemble, il s’agit d’un bon écran pour les vidéos et les jeux, bien qu’il n’impressionne pas par la fidélité des couleurs. 

Il y a deux haut-parleurs certifiés JBL pour assurer une expérience sonore supérieure à celle des autres téléphones de la gamme Redmi. Il convient de noter que ce n’est pas le premier téléphone Xiaomi avec ce type de haut-parleur et nous avons déjà vu le Poco X3 GT avec l’audio JBL également.

Performance

Le K40 Gaming est équipé de la plateforme Dimensity 1200 de Mediatek couplée à 8 Go de RAM. Le Xiaomi gamer phone étant agile dans l’ouverture et le chargement des applications et des jeux, en plus d’être capable de les garder ouverts en arrière-plan.

Il parvient à être plus rapide que le Poco F3, équipé du Snapdragon 870 et d’une plateforme qui rivalise avec le Dimensity 1200, mais dans les benchmarks, il finit par perdre. 

Les jeux sont le point fort du K40 Gaming et c’est son obligation. Tous ceux que nous avons testés ont livré une grande fluidité, même dans les jeux les plus exigeants comme Call of Duty et PUBG en qualité graphique maximale avec les filtres activés. Les jeux qui ne plantent pas tournent à 120 fps et le système de dissipation thermique avancé avec refroidissement liquide par chambre à vapeur garantit que le téléphone ne chauffe pas lorsqu’on joue pendant des heures. Pour vous procurer la batterie du Xiaomi mi 9 lite, rendez-vous sur Mobilax.fr !

Source : tudocelular.com

Articles Similaires

5 caractéristiques des meilleures trottinettes électriques 

5 caractéristiques des meilleures trottinettes électriques 

Sony Xperia XA1 Ultra – l’analyse

Sony Xperia XA1 Ultra – l’analyse

Quantum YOU – ce qu’il faut savoir

Quantum YOU – ce qu’il faut savoir

Xiaomi Redmi Note 4 64GB – l’analyse

Xiaomi Redmi Note 4 64GB – l’analyse