Le Galaxy Fold 3 : écran & étanchéité

Le Galaxy Fold 3 : écran & étanchéité

Contrairement aux appareils haut de gamme comme le Galaxy S21 ou même le modèle de milieu de gamme Galaxy A52, les téléphones pliables de Samsung n’étaient pas étanches jusqu’à présent. Dans cet article nous allons évoquer l’étanchéité, l’écran et la luminosité.

L’étanchéité

Un an plus tard que prévu, c’est désormais chose faite : le Galaxy Z Fold 3, tout comme le Flip 3, est aussi étanche que les modèles Galaxy S21 actuels. Mais ce qui est intéressant, c’est que Samsung ne parle que de la classe de protection IP « IPX8 ». Dans ce cas, 8 signifie une étanchéité prolongée sous l’eau, X occupe la place pour l’étanchéité à la poussière. 

Cela signifie qu’officiellement, seule l’étanchéité à l’eau est certifiée. La pénétration de poussière était justement un problème pour le premier design du Galaxy Fold qui a été rappelé. Mais le Fold 2 était déjà doté d’un mécanisme de balai ingénieux pour éliminer la poussière. La poussière ne devrait donc pas être un problème pour le Fold 3 dans le cadre d’une utilisation normale.

Le boîtier et l’écran du Fold 3 sont plus robustes

Le Fold 3 est également plus solide à d’autres endroits : Le boîtier est en aluminium Armor, qui, selon Samsung, est dix pour cent plus résistant aux rayures. Intéressé par une formation en micro soudure ? Rendez-vous sur formation-micro-soudure.fr ! Il est effectivement montré plus résistant aux rayures que son prédécesseur. Mais ce qui est le plus important au quotidien, c’est la robustesse de l’écran extérieur qui, pour la première fois sur le Fold 3, est en Gorilla Glass Victus (Gorilla Glass 7).

L’écran pliable est également censé être un peu plus résistant, car la dernière couche de l’écran est à nouveau un film de protection solide avec une plus grande élasticité, qui ne peut pas (et ne doit pas) être retiré par l’utilisateur. L’écran lui-même continue d’utiliser le verre Ultra Thin Glass développé par Schott, il était donc solide lors du test pratique et ne ressemblait pas à du caoutchouc comme sur le premier Fold.

Il faudrait toutefois éviter de faire des tests de rayures avec des outils pointus, car l’écran pliable n’est toujours pas aussi résistant que le Gorilla Glass. Toujours est-il qu’une fois replié, l’écran pliable devrait être mieux protégé contre les corps étrangers que les téléphones portables traditionnels.

Écran pliable AMOLED : plus lumineux et plus économique

Samsung qualifie le grand écran pliable d’écran AMOLED Infinity-Flex-Dynamic. Le cadre de l’écran est devenu encore plus étroit. Déplié, l’écran pliable atteint une surface 70% plus grande que la face avant fermée – c’est là que se manifeste l’avantage du concept de pliage. Grâce à la technique OLED, les contrastes sont excellents. L’écran pliable est, avec 944 candelas (cd), environ 20 pour cent plus lumineux que celui de son prédécesseur, le Fold 2. Une très bonne valeur, qui est toutefois encore dépassée par le plus petit Flip 3 (1.211 cd) et le Galaxy S21 Ultra (1.321 cd). 

Une surprise est venue des tests de l’espace chromatique étendu – c’est-à-dire de la capacité de l’écran à représenter des couleurs spéciales, comme les couleurs fluorescentes. L’écran du Fold 3 a parfaitement exploité (à 100 et 99,6 pour cent) les espaces colorimétriques sRGB et DCIP3. La représentation des couleurs est donc meilleure que celle du modèle haut de gamme Galaxy S21 Ultra. 

La fréquence de rafraîchissement de l’écran atteint jusqu’à 120 Hertz, mais elle est réglée de manière adaptative – car pour les contenus d’images immobiles, 120 Hertz sont superflus, dans ces cas, le nombre de Hertz est réduit pour économiser de l’énergie.

Source : computerbild.de

Articles Similaires

5 caractéristiques des meilleures trottinettes électriques 

5 caractéristiques des meilleures trottinettes électriques 

Sony Xperia XA1 Ultra – l’analyse

Sony Xperia XA1 Ultra – l’analyse

Quantum YOU – ce qu’il faut savoir

Quantum YOU – ce qu’il faut savoir

Xiaomi Redmi Note 4 64GB – l’analyse

Xiaomi Redmi Note 4 64GB – l’analyse